En tant qu’Aide Médico Psychologique j’interviens, en parallèle des séances de Sophrologie et Yoga du rire proposées à mon cabinet,  avec un public âgé et/ ou handicapé à domicile ou en structure (dont les personnes atteintes de maladie de Parkinson à Cherbourg )

C’est une évidence pour moi d’ouvrir ces pratiques de mieux-être à un public présentant des limitations physiques provoquées par l’accident, la maladie ou le poids des ans.

Je suis particulièrement sensibilisée aux difficultés « neurologiques » rencontrées par les personnes ayant eu un AVC, rupture d’anévrisme, trauma crânien et aux malades Parkinsoniens sans oublier les difficultés rencontrées par leurs aidants « naturels » et la nécessité pour ceux ci de prendre soin d’eux afin de pouvoir bien aider leur proche.

Je propose le lundi notamment plusieurs séances adaptées de sophrologie « à la carte »

Elles s’adaptent dans leur durée et propositions aux besoins des personnes présentes je travaille notamment avec elles:

  • la (re)conquête de leur schéma corporel,
  • la respiration,
  • les perceptions sensorielles,
  • l’image de soi et la confiance en soi malmenée par le regard des autres

J’aimerais également proposer des séances aux aidants familiaux pour leur permettre de prendre soin d’eux sans arriver à déterminer quel serait le créneau le plus adapté au relai de prise en charge de leur proche puisqu’il varie d’une famille à l’autre, n’hésitez pas à me contacter pour une proposition « sur mesure ».

J’ai suivi en juin 2017 une spécialisation accompagnement sophrologique  des personnes ayant la maladie de Parkinson avec un le Professeur Marc Vérin  Neurologue Chef de service du service de neurologie de Pontchaillou et Christelle Neumager Sophrologue  spécialisée dans cette prise en charge dans la région  de Rennes.

J’ai participé récemment aux journées mondiales de Parkinson à Saint Lô et Caen afin d’enrichir ma connaissance de cette pathologie et des difficultés sur lesquelles il m’est possible de proposer un accompagnement grâce aux différentes techniques auxquelles je me suis formée.

La campagne de communication dans les médias du mois d’avril 2017 porte sur le changement de regard sur la maladie de Parkinson et pourrait s’adapter à bien d’autres pathologies neurologiques générant des « anomalies » involontaires de comportement parfois mal interprétées par ceux qui ne sont pas au contact de personnes touchées par ces pathologies.